31/05/2009

Les Khlongs

Un peu à l’image de Venise, Bruges ou Amsterdam, Bangkok est elle aussi une cité lacustre. Difficile de s’en rendre compte au premier coup d’oeil, car la majorité des canaux ont été comblés au fil des années afin de permettre le développement urbanistique de la ville. Seul le quartier populaire de Thonburi dispose encore d’un nombre important de khlongs qui quadrillent le vieux centre historique de Bangkok.

Lovée sur la rive occidentale du fleuve Chao Phraya, Thonburi fut jadis la capitale du Siam avant que le roi Rama I ne décide de transférer le siège du pouvoir sur la rive orientale en 1782. Bangkok put alors se développer et devenir la mégapole frivole que nous connaissons aujourd’hui. Thonburi, quant à elle, demeura plus populaire et ne connu pas l’essor spectaculaire de sa rivale. Pourtant, près de deux siècles plus tard, Thonburi fusionna avec Bangkok.  

Le quartier de Thonburi offre donc un visage plus authentique que sa grande sœur Bangkok. Myriam (une amie de Julien qui passe actuellement ses vacances en Thaïlande) et moi décidons de découvrir cette autre facette de la capitale Thaïlandaise. Pour se faire, nous prenons le BTS à Tong Lo en direction du terminus de Saphan Taksin. Arrivés à la station BTS de Saphan Taksin, nous marchons jusqu’à l’embarcadère qui se trouve à quelques centaines de mètres de là. Sur place, nous rencontrons un couple de Néerlandais avec qui nous partagerons le bateau et le prix de la ballade, qui durera 1 petite heure. 250 Baht p.p.


DSC04406

DSC04296

DSC04286blog

Au lieu de remonter le fleuve Chao Phraya vers le Nord comme nous en avons l’habitude, notre bateau descendra vers le Sud avant de bifurquer sur la droite pour rentrer dans cette partie de la ville où le temps semble s’être arrêté. En effet, nous sommes à mille lieux de la frénésie des quartiers modernes d’Asok, de Sukhumvit ou de Si Lom. Les khlongs de Thonburi nous donnent l’image d’un gros bourg résidentiel délaissé, peu engageant, mais pas dénué de charme pour autant. Beaucoup de jeunes Thaïs s’y baignent faisant fi de la pollution de l’eau et du regard médusé des touristes, qui arpentent, tout comme nous, les canaux de Thonburi.

DSC04304 

DSC04313

DSC04357Khlongs

DSC04359

DSC04362

DSC04368

DSC04365Thonburi

40 minutes plus tard, nous débouchons à nouveau sur le fleuve Chao Phraya où la vue est bien différente de celle des Khlongs. Place cette fois-ci aux gratte-ciels, aux hôtels de luxe et à la démesure.

DSC04391Chao¨Phraya

DSC04392

DSC04397

20/05/2009

Thaïlande, retour à la case départ...

Septante jours plus tard

DSC05297aBangkok, Asok trafic lights

Initialement, j'avais décidé de rendre public mon périple jour après jour. Vous avez ainsi pu suivre mon agenda au quotidien, j'espére que cela vous a plu et que vous continuerez à suivre le blog avec le même intérêt que vous m'avez témoigné jusqu’à présent. Sachez que de mon côté, j'ai pris beaucoup de plaisir à vous faire partager mes expériences, à vous transmettre mes impressions, mes coups de cœur.

Merci de m'avoir fait parvenir vos nombreux messages de sympathie, vos commentaires, vos observations. Tous vos messages m'encouragent à travailler davantage le blog. Grace à vous, ce dernier dépasse actuellement les 6600 visites. Je n’en espérais pas autant lorsque j'ai posté mes premiers commentaires le 07/02/2009. Septante jours plus tard, les choses sont bien différentes, je suis devenu plus ambitieux. J'ai besoin de vous pour augmenter encore et encore le nombre de visites. Pour cela, continuez à le lire régulièrement et n’hésitez surtout pas à faire la promo du blog autour de vous.     

Je dois pourtant avouer que tenir à jour un journal nécessite un travail titanesque. Tâche d’autant plus difficile à réaliser lorsque vous ne disposez pas d'ordinateur portable et que vous traversez des pays comme le Laos ou le Cambodge où les connexions Internet fluides et rapides sont quasi inexistantes. Je comptabilise un retard considérable, qui n’a fait que s’accentuer ces dernières semaines. Désolé.

Pour y remédier, je choisis dorénavant de ne plus structurer le blog comme un journal ‘intime’ rédigé au jour le jour, mais plutôt comme un guide touristique. Pour chaque nouvelle destination, je mettrai en évidence les principales curiosités et les plus belles découvertes. Je décide aussi de privilégier davantage les photos et surtout d’éviter à l’avenir les détails superflus comme : l’heure exacte de mon réveil, le menu complet de mon repas de midi, etc.

Je n’abandonnerai pas pour autant les commentaires. Rassurez-vous, il y aura toujours beaucoup de texte, mais je tâcherai dorénavant d’aller à l’essentiel et de toujours vous communiquer mes impressions et observations de la manière la plus objective.  

Je reste bien entendu à l’écoute de vos remarques. N'hésitez donc pas à me les faire parvenir à l’adresse suivante : strappazonben@hotmail.com

Benoît         

20:54 Écrit par Beno dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bangkok, benoit, strappazon, asok, trafic lights |  Facebook |

Bangkok

18/04/2009: Day 69

 dyn004_original_448_336_pjpeg__9711eca76280cbe9643245839371e25cThaïlande, drapeau

http://leenetbenoit.skynetblogs.be/post/6715339/i-thailan...

Réveil vers 07h00 du matin, je termine d’empaqueter mes baguages et pars petit-déjeuner sur la terrasse supérieure de l’hôtel. Ensuite rapide check-out à la réception avant de rejoindre notre taxi vers 08h30.

Le véhicule, qui ne porte aucune mention spécifiant son activité, est en réalité une banale voiture de marque Honda et pas spécialement le modèle le plus récent si vous voyez ce que je veux dire. Ce qui attire tout de suite notre attention, c’est que le volant du véhicule est à droite et non à gauche comme cela devrait être le cas. Selon Julien, il s’agit sans doute là d’un véhicule volé en Thaïlande (où l’on roule à gauche) et utilisé sur les routes cambodgiennes.  Julien indique que cette combine est fréquente de ce côté-ci de la frontière, tout le monde en Thaïlande est au courant de ce problème. Il est vrai que ce n’est pas la première fois que nous voyons un véhicule immatriculé au Cambodge et qui possède un volant à droite. Bref, tout ce blabla pour vous dire que nous ne sommes vraiment pas rassurés de monter dans ce véhicule censé nous amener à Poipet à la frontière Thaïlandaise. Imaginez que vous devez dépasser une voiture par la gauche et que votre volant est sur la droite, votre visibilité est extrêmement réduite et la visibilité sur une route aussi étroite et fréquentée que celle que nous allons emprunter est absolument indispensable.

Avant de démarrer, le chauffeur essaie de nous embrouiller et de nous soutirer quelques dollars supplémentaires pour le trajet. On reste ferme et refusons catégoriquement d’augmenter le prix convenu la veille avec l’hôtel. Faut pas rêver !

Sur la route, Julien et moi sommes blancs de peur. Le chauffeur roule à tombeau ouvert, dépasse constamment peu importe que d’autres véhicules arrivent à pleine vitesse dans le sens inverse. Quelle horreur ! On arrive tout de même à se dérider en entendant les versions cambodgiennes de standards de la musique pop anglo-saxonne notamment « careless whisper » de George Michael et « the house of the rising sun » de the Animals. Nul.      

Nous arrivons à Poipet vers 10h00, sain et sauf. Quel miracle ! Cette petite ville misérable souffre d’une très mauvaise réputation. En effet, de nombreux touristes ont déjà connu quantité de déboires en traversant la frontière. Vol des documents d’identité et ensuite chantage pour pouvoir les récupérer moyennant un très gros bakchich, dépôt de drogues dans votre sac à votre insu et j’en passe. Nous restons sur nos gardes et ne tardons pas pour nous présenter au bureau de l’immigration pour notre sortie du territoire. Nous obtiendrons très rapidement notre tampon sans avoir connu le moindre souci.

Nous traversons ensuite une zone tampon de quelques centaines de mètres où nous découvrons plusieurs casinos (interdits en Thaïlande). Beaucoup de touristes et de ressortissants thaïs se rendent à Poipet pour assouvir leurs envies de sensations fortes. Franchement, je ne vois vraiment pas ce que l’on peut y faire d’autre.

Au poste frontière thaï, les formalités prendront nettement plus de temps. Un peu plus d’une heure de file pour recevoir mon tampon valable jusqu’au 02 mai. Il faut savoir que lorsque l’on arrive sur le territoire thaï autrement que par avion, le visa n’est pas de 30 jours comme ce fut le cas le 09 février, mais de 15.

Passés le poste frontière, nous arrivons à la petite ville d’Aranyaprathet où nous nous restaurons et parcourons les différentes compagnies de bus pour nous informer des options que nous pouvons envisager. Malheureusement pour moi, il n’y a pas de bus aujourd’hui pour Koh Chang via Trat comme je l’espérais. Je décide alors de prendre le même bus que Julien et de l’accompagner à Bangkok, ville que j'aime tout particulièrement. Nous prenons le bus pendant quatre heures environ et arrivons à la station de bus de Lumpini. Là, nous prenons un taxi jusque l’appartement de Julien. Je dépose mes sacs chez lui et pars peu de temps après à la recherche d’un hôtel dans le quartier de Asok, sur le soi 19. J'en trouve rapidement un. Prix de la chambre : 1100 Baht assez cher compte-tenu du rapport qualité/prix. Sam’s lodge (c'est le nom de l'hôtel) n’est pas vraiment une adresse à recommander.

En passant chez Julien, j'ai pu récupérer l'ordinateur portable et télécharge toutes mes photos dessus. Quel bonheur de les contempler pour la première fois sur grand écran. Vers 20h00, je rejoindrai Julien à Asok et partons tout de suite après nous restaurer au Burger King.

Nous décidons ensuite d’aller boire un verre dans un bar nommé The Nest, au sommet d’un gratte-ciel du centre-ville. Cadre féérique, la vue est impressionnante, le bar est décoré avec goût, musique lounge, service impeccable, mais le prix des consommations va de paire avec le contexte. Environ 150 Baht pour une bière.

Julien et moi irons écumer différents bars de la capitale. Grosse orgie au whisky coca. Je rentrerai à l’hôtel vers 06h30 du matin. Je m’écroule ensuite sur le lit. K.O. technique.