28/04/2009

Phnom Penh

Phnom Penh : Day 59

08/04/2009 :

Je me réveille tôt et vais petit-déjeuner vers 07h30. 07h55, je me poste en face de la guesthouse pour attendre le tuk-tuk qui doit m'amener à la gare routière. 08H10, toujours rien à l’horizon. Je commence un peu à m’inquiéter, car je ne veux absolument pas rater le bus pour Phnom Penh. 08h15, le voilà enfin ! Fort heureusement, j'arrive à la station pile à 08h30. Là, première constatation ; le bus de la nouvelle compagnie Sok Sokha n’est pas tout à fait prêt de partir. Deuxième constatation, contrairement à ce que je pouvais  imaginer, le bus est flambant neuf et d’une propreté impeccable. L’air-conditionné est très efficace et la charmante hôtesse est d’une serviabilité à toute épreuve. Le luxe.

DSC03358DSC03360

Ce qui me chiffonne, par contre, c’est que je suis le seul ‘blanc’ dans le bus. Pas que je sois raciste, bien au contraire, mais je sais par expérience que les locaux accordent peu d’importance à la sécurité et sont habitués dès leur naissance à circuler sur des routes dangeureuses où les conducteurs kamikazes sont légions. Ceux qui ont déjà pris le bus ou le taxi en Asie savent de quoi je parle. Pour les autres, je les invite vivement à consulter les liens youtube ci-dessous :

http://www.youtube.com/watch?v=fDkhVbsSprU

http://www.youtube.com/watch?v=RjrEQaG5jPM

http://www.youtube.com/watch?v=y_5uMtPqPtQ

Très marrant à regarder, mais pas du tout rassurant quand vous faites partie de la circulation surtout pour moi qui ait une frousse bleue des moyens transports sur route. Juste pour la petite anecdote, si je devais accorder des médailles de la conduite totalement irresponsable aux villes asiatiques que j’ai eu l’occasion de visiter, je remettrais la médaille d’or à Mumbai (Bombay), la médaille d’argent reviendrait à Hanoi et celle de bronze à Phnom Penh.

Pourtant, le voyage retour vers Phnom Penh se déroule sans encombre. Comme Sok Sokha est une toute nouvelle compagnie qui cherche à se faire connaitre des touristes, je suis soigné aux petits oignons. A notre arrivée à l’agence de la compagnie, je suis immédiatement pris en charge par le personnel. Vu l’accueil et la qualité des bus, j'achète un nouveau billet pour nous rendre à Siem Reap (temples d’Angkor) le lendemain matin (7$) Après avoir réservé le billet, on me conduira en mini-van au quartier du lac Kak. Sur place, je choisis de loger à la Guesthouse Number 9 qui dispose d’une multitude de chambres arrangées dans des baraquements de bois sur pilotis. L’endroit est également plus aéré et convivial que sa voisine Lakeside Guesthouse Number 10 où j'avais logé précédemment (voir Day 53 & 54). Prix de la chambre : 5$.   

DSC03432

Il est déjà 14h et je suis affamé. J'irai me restaurer et consulterai ensuite mes mails (connexion Internet toujours aussi pitoyable). Vers 15h00, je parcours quelque peu le petit quartier routard du lac Kak que je découvre pour la première fois en pleine journée. Ce dernier, repère de backpackers, de rabatteurs et de vendeurs de marijuana n’est finalement pas si désagréable que cela, malgré son aspect un peu ghetto et le fait que je ne suis habituellement pas fan de ce genre d’endroit.

DSC03361

DSC03417

DSC03419

DSC03415

Je quitte le quartier du lac, parcours longuement le boulevard Monivong et bifurque à gauche à hauteur de l’hôtel Royal, le plus prestigieux de la ville, afin de rejoindre le Wat Phnom, sanctuaire sacré qui a donné son nom à la capitale. Le Wat est bâti au sommet d’une petite colline de 30 mètres de haut et est l’objet d’une véritable adoration de la part des fidèles. Je m'acquitte d’1$ pour y accéder et suis très déçu par l’endroit et le peu d’intérêt qu’il suscite à mes yeux. Le parc qui entoure le Wat est bien plus agréable et permet d’échapper quelques instants à la circulation et aux bruits de la ville. La journée seulement, car à la nuit tombée, il paraitrait que le parc soit le lieu de rendez-vous des prostituées de la ville.

DSC03368

DSC03371

DSC03374

Je me balade dans le quartier bordant le fleuve Tonlé Sap et retourne ensuite à la guesthouse par le même chemin. Vers 17h00, je prends place sur la terrasse sur pilotis de l’hôtel et bois quelques pichets de bière profitant ainsi d’un superbe coucher de soleil sur le lac. Ambiance bon enfant. Tout autour de moi, le public jeune et bohème fume ostensiblement de gros pétards bien parfumés.

DSC03428

Vers 20h00, j'irai manger un Amok. Vers 21h00, masochistes comme je suis, je retourne une énième fois consulter mes mails et surtout tenter de mettre à jour le blog. Sans succès. Vers 22h30, je prends part à une petite fête organisée dans la rue par les Cambodgiens. Le nouvel an Khmer (fête de l’eau nommée Songkhran en Thaïlande) approche à grands pas et les locaux, d’un naturel joyeux et fêtard, n’ont jamais besoin de plus de prétexte pour faire la fête. On me propose à manger et à boire et surtout on m'invite à danser avec eux. J'ai beaucoup aimé. J'irai ensuite retrouver mon lit, car demain, un long trajet m'attend !