25/02/2009

Koh Samui

Koh Samui : Day 15

23/02/2009:

Je quitte le bungalow vers 11h00, prends un Songthaew en direction du port de Na Thon. Cette fois-ci le chauffeur ne lésine pas sur la pédale d'accélérateur, pas très rassurant tout ça. 20 minutes plus tard, nous arrivons à NaThon où je réserve le billet de train Bangkok-Chiang Mai pour le 25/02. Prix : 806 Baht.
 
Vers 13h30 j'embarque à bord du ferry à destination de Surat Thani et puis voyagerai en bus durant une heure pour arriver enfin à la gare de Surat Thani vers 17h30. Comme le train n'est pas attendu avant 20h47, je reste stagner dans le seul petit resto à proximité de la gare profitant du temps libre pour me restaurer et mettre sur papier le récit du séjour a Koh Samui. Vers 20h00, je me rends sur le quai et avale quelques Chang beers en compagnie d'autres routards du monde entier. Bien que le train arrive avec 3/4h de retard, le trajet retour vers Bangkok se déroule à merveille (+/- 12h pour atteindre la destination).
      


Koh Samui : Day 14

22/02/2009:

Je me lève vers 08h00 et me rends immédiatement au cybercafé pour chatter via MSN avec mes potes qui fêtent en ce moment même l'anniversaire de Fano à Charleroi. Malheureusement les deux cybercafés proches du bungalow ne sont pas encore ouverts. Je patiente jusque 08h55 et m'installe enfin devant le PC. Fano n'est plus connecté, il est presque 03h00 du matin en Belgique et je présume qu'ils sont dejà tous K.O.

J'en profite pour travailler sur le blog jusque 10h00. Après un léger petit-déjeuner, je marche en direction du village de pêcheurs de Bo Phut, qui contrairement à Chaweng, est bien mignon et plus authentique en apparence. En apparence seulement, car je constate un nombre impressionnant de commerces tenus par des Francais. 

DSC00635-blog

DSC00653-blog

Aujourd'hui, le soleil est à nouveau en grande forme et la crème solaire ramenée l'année dernière des Philippines est aussi efficace et liquide que de la margarine pour cuisson. De Bo Phut village je me rends à Big Buddha Beach en prenant cette fois-ci la bonne direction. J'arrive sur place 01h30 plus tard et rigole bien lorsque je decouvre la kitschissime et célèbre statue géante de Bouddha. Affreux, le site ressemble a s'y méprendre a un parc d'attraction.

DSC00687-blog

DSC00695-blog

Au retour, je m'arrête au Big Buddha market, qui est bien plus intéressant et authentique que la grotesque statue qui a donné son nom à la plage.

DSC00701-blog

DSC00682-blog

DSC00679-blog

Vers 18h00, retour au bungalow après une marche éreintante. J'irai ensuite manger dans un resto spécialisé "Seafood". Au menu ; une salade de crustacés et du Red Snapper (rouget). Le repas est accompagné de quelques rafraîchissantes bières Chang.


Koh Samui : Day 13

21/02/2009 :

Journée cool à la plage de Bo Phut, juste en face de Cactus Bungalows. Vers midi, je commence a rédiger le récit du voyage dans le calpin que m’a remis Caro, mon alter-égo feminin, le jour du depart. Le soleil est bien présent et je me retire sagement de la plage deux heures plus tard, les épaules, le torse et les genoux rougis. Je passe à table vers 14h00, poulet au gingembre au menu. Je me rends ensuite au cybercafé où je resterai 90 bonnes minutes, occupé à mettre à jour le blog. Ensuite, petite sieste au bungalow. Vers 21h00, j'irai deguster une excellente pizza (Regina)  préparée avec talent par le pizzaiolo francais de Cactus. Ce soir, dodo tôt vers 23h00.


Koh Samui : Day 12

20/02/2009:

Après un copieux petit-dejeuner, je me mets en route vers 12h00 direction la plage de Big Buddha. Je suis machinalement la grand route et suis éffaré par la circulation incessante et par le développement effréné de l’ile. Mes premières impressions de l'île ne sont pas très encourageantes.

Comme à mon habitude, je me trompe de chemin et pars en direction de Chaweng, la plage la plus populaire de l’ile, sorte de Lloret de Mar Thai. Bien que belle et très vaste, la plage est dénaturée par les innombrables resorts qui la bordent. Le public que nous rencontrons est le stéréotype même du touriste charter adepte de la doctrine des 3B, à savoir ; boire, bronzer, baiser. J'avais détesté Phuket deux ans plus tôt, je pense qu il en sera de même pour Koh Samui. Je vais pourtant essayer d’être un peu moins critique en disant que les plages bien que surexploitées sont superbes, que la couleur de la mer est souvent turquoise, voir émeraude par endroits. Le soleil quant a lui est bien au rendez-vous et l'air de la mer me fait un bien fou. Sans compter que les kilomètres de marche avalés sont excellents pour dépenser les kilos accumulés durant les fêtes de fin d' année.

DSC00657-blog

DSC00659-blog

Vers 18h00, nous prenons un Songthaew pour retourner a Bo Phut où je m'étendrai quelque peu dans le bungalow. Vers 21h00, après d’âpres négociations, je monterai à bord d’un taxi pour aller manger un bout a Chaweng. Bébé requin grillé et accompagné de crudités et de pommes de terre cuites en papillotte. Difficile de décrire le goût du requin en quelques mots, je dirais simplement qu’il est légèrement plus relevé que les poissons que l’on consomme habituellement, sa chaire d’un blanc laiteux est un peu spongieuse et pour terminer, il est totalement depourvu d’arrêtes. J'irai ensuite boire quelques Singhas dans divers bars et reprendrai un dernier taxi vers 01h00 en direction du bungalow.


Koh Samui : Day 11

19/02/2009:

Le voyage de nuit s’est bien déroulé, malgré une vétusté manifeste du train et des couchettes peu spacieuses (voir photos), je suis ravi de cette expérience. En Asie du sud-est, le train n’est sans doute pas le moyen de locomotion le plus rapide, mais il reste à mes yeux le plus SAFE. J’évite toujours de prendre le bus dès qu’une alternative existe. Mes expériences en pleine montagne aux Philippines et la traversée des routes du sud de l’Inde y sont sans doute pour quelque chose.

train

J'arrive finalement à la gare de Surat Thani vers 08h30 du matin et monte directement dans un bus (aïe aïe) direction le port de Donsak à 1 heure de route de Surat Thani. A Donsak, j'embarquons sur un express-boat (280 Baht bus + express-boat) se rendant à Na Thon, capitale administrative de l’île de Koh Samui. Durée de la traversée : 1h30.

Dès mon arrivée sur le pier (ponton), je suis assailli par les taximen et autres rabatteurs en tout genre. C’est assez typique aux régions touristiques de la Thaïlande. Je réponds négativement à leurs démarches et marche jusqu’à l’office de tourisme officiel de l’île pour obtenir certains renseignements utiles à la poursuite du voyage.

De là, je me rends auprès d'une agence de voyages afin de réserver le billet de ferry-boat + train pour le retour à Bangkok en date du lundi 23/02 (prix similaires à l’aller). Toutes ces formalités (office de tourisme et agence de voyages) ne m'ont prises que 15 minutes montre en main, comme quoi voyager ‘routard’ n’est pas bien compliqué, pourtant que d’économies réalisées en comparaison d’un voyage organisé par un tour operator basé en Europe. Un seul conseil, évitez les forfaits All-Inclusive ou les circuits formatés et aseptisés qui sont proposés par la grande majorité des organisateurs de voyages.  

Pour me rendre à Bo Phut, je monte à bord d’un Songthaew, variante du 'jeepney' philippin, qui est en fait un taxi-collectif parcourant l’île de manière continue. J'arriverai à Bo Phut 40 minutes plus tard et visite deux autres hébergements histoire de ne pas se rendre à Cactus Bungalows (où ma réservation a été faite) sans point de comparaison. Finalement, je ne suis pas convaincu par ces deux options et suis agréablement surpris par notre premier choix, qui est vivement recommandé par le guide du routard.

Songthaew (2)

Chez Cactus, le prix d'un petit bungalow avec ventilateur est de 700 Baht la nuit. A ce prix là, la chambre est bien entendue basique, mais propre et décorée avec goût. Je m'y installe et remarque très vite que je ne suis pas le seul francophone. Le patron, le pizzaiolo et la moitié des gens qui y résident le sont également.    

DSC00664

Cactus

DSC00632-blog

DSC00637-blog

En fin d’après-midi, je fais une petite sieste dans le bungalow et passe ensuite au restaurant du ‘resort’ qui se trouve sur le bord de la plage. Je commande du barracuda. Lorsque je demande au patron de Cactus de me décrire le goût du barracuda, ce dernier me répond d'un air hautain « le barracuda, c'est du barracuda ». En réalité, son goût est similaire à celui du thon.

J’adore la serviabilité de ce type…

Chaque fois que j’ai eu l’occasion de voyager, j’ai toujours été frappé par les habitudes disparates des touristes occidentaux. Bien souvent le pays d’origine des touristes permet d’établir certaines observations. Sans tomber dans les clichés simplistes, je dirais tout de même que l’on trouve massivement les francophones  dans des endroits plus culturels et un peu moins ‘grand-public’. Ils accordent souvent de l’importance aux petits hôtels et restos du terroir et aiment les découvertes en dehors des sentiers battus.

Les Allemands, mais surtout les Britanniques sont par contre surreprésentés dans les stations balnéaires les plus touristiques et aiment beaucoup l’animation. Inutile de dire qu’ils mangent ce qu’ils connaissent déjà. Ils sont souvent peu nombreux à consacrer leurs vacances à visiter des sites archéologiques, musées ou même à goûter la cuisine locale. En contrepartie, l’accueil chaleureux n’est pas le fort des Français, leur maitrise de la langue anglaise est souvent pitoyable et leur attitude nombriliste, voir ‘grande gueule’ a parfois tendance à m'agacer. Pour résumer, vous trouverez les Français dans les endroits plus raffinés et atypiques, mais en ce qui concerne l’amusement, l’humour et la  décontraction, c’est plutôt chez les Britanniques qu’il faut se rendre.