21/02/2009

Ayutthaya

14/02/2009: Ayutthaya, Day 6

Une fois n'est pas coutume, je me réveille vers 07h00 du matin pour me rendre a Ayutthaya, vaste parc archéologique classé patrimoine mondial par l'Unesco. Ayutthaya, ancienne capitale du royaume du Siam se trouve a +/- 80 kms au nord de Bangkok. Elle fut rasée en 1767 par les envahisseurs birmans, laissant la place libre à Bangkok pour devenir, dès lors, la nouvelle capitale du pays. 

Je quitte le studio vers 08h00 pour prendre le skytrain en direction de la station Asok. A Asok, je change de moyen de transport pour opter pour le MRT (métro souterrain de la ville) direction le terminus de la ligne ; Hua Lamphomg où se trouve la gare ferroviaire portant le même nom. J'achète mon billet pour Ayutthaya (15 Baht). Départ prévu 09h25, départ réel 09h50. Durant le trajet, qui a duré plus de 2 heures, j'assiste à un défilé incessant de petits vendeurs, qui agrémentent chacun de leur passage par quelques mots censés vanter la qualité de leurs produits. On nous propose de tout ; des oeufs, de l'eau, du riz, des encas, des magazines et pour terminer des yoyos au cas ou le besoin se ferait sentir. Folklorique.  

J'arrive enfin à Ayuthhaya vers midi et constate très vite que je ne suis pas le seul touriste. Je remarque plusieurs boutiques de location de vélos pour parcourir ce vaste site, mais choisis néanmoins de tout faire a pied. Pour être franc, je l'ai un peu regretté. Selon le guide du routard, trois "WAT" méritent "3 routards", malheureusement deux d'entre-eux se situent bien en-dehors de la ville, il est donc exclu de m'y rendre sauf si je me contrains à louer un tuk-tuk.

Je me rendrai en premier lieu au Wat Mahathat, qui fut sans doute à son apogée, l'un des temples les plus plus imposants d'Ayutthaya, mais honnêtement, il n'en reste pas grand chose. A nouveau, des hordes de touristes principalement japonais s'amusent a poser les uns apres les autres devant les plus beaux monuments afin d'être pris en photo par leurs congénères. Comme ils voyagent très organisés et très nombreux, vaut mieux être patient pour prendre quelques clichés... Prix de la visite du Wat : 50 Baht, mais je ne débourserai rien, ma distraction légendaire étant ma meilleure alliée pour rentrer comme si de rien n'etait, la vigilance Thaie a fait le reste. C'est seulement à la sortie du Wat que j'ai constaté que l'entrée était payante.

ayu_

ayu_ (2)

ayu_ (4)

Je traverse l'artère principale de la ville, la Thanon Naresuan, pour me rendre au Wat Ratchaburana. Prix de la visite : 50 Baht. Le Wat dispose toujours d'un magnifique Prang de style Khmer datant du debut du XVème siècle. Hormis le prang, il ne reste pas grand chose qui tienne encore debout. Je ne m'y attarde pas plus de 20 minutes.

ayu_wat

ayu_wat (2)

Apres cette seconde visite, commencent alors les péripéties. Je decide de me rendre au seul temple "trois routards" du centre-ville, le Wat Phra Sri Samphet. Malheureusement je pars dans la direction opposée. La petite carte d Ayutthaya figurant dans le guide ne comporte pas d'échelle, les distances entre les Wats semblent courtes, elles sont en réalité gigantesques. Le soleil de plomb m'incite a m'arrêter à un Seven-11 (sorte de supérette très répandue dans les pays anglo-saxons) pour me rafraîchir quelque peu. J'en profite pour demander aux vendeurs de m'aider à trouver mon chemin. La politesse en Asie incite les gens a préférer répondre n'importe quoi plutot que de vous avouer qu ils ne sont pas a même de vous aider. Je m'en rends vite compte, les remercie et continue les recherches par moi-même.

Après pas mal de marche, je reviens finalement au 1er temple que j'avais visité, le Wat Mahathat et prends enfin la bonne direction vers l'ouest. Apres 3/4 heure de marche, j'arrive au Wat Phra Sri Samphet, qui toujours selon notre guide, est l'ensemble le plus imposant d Ayutthaya. Datant du XVème siècle, les trois grands "chedi" (tour en forme de cloche) symbolisent les trois premiers monarques qui régnèrent jadis sur la cité.

ayu_wat I (4)

ayu_wat I

ayu_wat I (2)

ayu_wat I (3)

Exténué et assoiffé, je prendrai une delicieuse et rafraîchissante collation.

ayu_end

De là, je marche jusqu'à la gare sans oublier de prendre quelques photos du Wat Phra Ram que je longe sur le chemin du retour. Je compte reprendre le train de 18h37 et arrive bien a l'avance à la gare (17h55). Coup de chance extraordinaire, le train de 16h37 vient juste d'arriver en gare. J'achète mon billet retour et monte en vitesse dans le train, qui offre un confort un peu moins spartiate que celui du matin. Le voyage prendra environ 1h30.

ayu_end (2)

A mon arrivée a Thong Lo, je vais manger des nouilles a la gargotte, qui m'avait tellement séduite la veille. Après le repas, je rentre directement au studio. Dodo tôt ce soir.

13/02/2009

Les moyens de transport en ville

Se déplacer à Bangkok, pas une mince affaire...

Afin de rendre le blog plus compréhensible, j'ai choisi de détailler chaque moyen de transport de la ville. Ces derniers sont nombreux et présentent tous des avantages et des inconvénients pour se déplacer dans la mégapole.

Le Skytrain BTS : Mon préféré. Esthétiquement réussi, ce métro aérien très moderne offre l'air conditionné dans ses wagons. Survole les embouteillages avec grâce et efficacité. D'une propreté irréprochable ce dernier contraste totalement avec le vétuste métro bruxellois et ses couleurs criardes post seventies. Inutile également de comparer le comportement éduqué des usagers Thaï avec celui des Bruxellois. Ici, les sentiment d'insécurité et les actes d'incivisme n'existent pas, quid à Bruxelles ? Désavantages : un peu cher et pas encore assez étendu, de plus, peu d'escalators permettent de rejoindre les plateformes d'embarquement surélevées, ce qui signifie que l'on doit se taper les escaliers, surtout quand il fait 35° comme aujourd'hui. Les personnes souffrant d'un handicap doivent se sentir discriminées. Pour terminer, des écrans LCD diffusent en boucle des pubs destinées à un public jeune et branché ; pubs pour Sodas, fast-food, déodorants au parfum chocolat et nec plus ultra des 'blanchisseurs' de peau dont toute l'Asie, de L'Inde aux Philippines, raffole. Et dire qu'en Europe des millions de gens paient des fortunes pour paraitre bronzés, quelqu'un peut-il m'expliquer ce paradoxe ?     

Sukhumvit_Sky train Sukhumvit_Sky train (3)


Le métro MRT : C'est le métro souterrain de la ville. Tout aussi moderne et propre que le Skytrain, peu de choses les distinguent vraiment. Sur les quais, des portes vitrées et coulissantes obstruent l'accès aux rames tant que le métro n'est pas arrivé en station. Les candidats au suicide qui voudraient se jeter sur les rames à l'arrivée du métro doivent à Bangkok opter pour une autre solution. Ce système serait bien utile au métro bruxellois où les suicides sont malheureusement trop fréquents.  

MRT (2) MRT


Les taxis : Travaillent pratiquement tous avec un compteur (Meter) ce qui permet d'éviter un grand nombre d'arnaques. Les prix sont très abordables et le confort des véhicules est irréprochable. Le taxi reste bien souvent le seul moyen de transport dans une grande partie de la ville, notamment pour les liaisons avec l'aéroport. Curiosité, les marques coréennes mais principalement japonaises ont une surreprésentation impressionnante en Asie. Toyota, leader mondial, détient largement la palme d'or de vente de véhicule en Thaïlande. Inconvénients : conduite parfois hasardeuse, certains taximen ont tendance à se prendre pour Fangio, la circulation totalement congestionnée de Bangkok joue largement en défaveur du taxi, qui contribue largement à la pollution de la ville. Pour terminer, les chauffeurs maitrisent généralement très mal l'Anglais.    

DSC00353


Moto-taxis  : Comme je tiens fermement à la vie, je ne suis pas prêt d’essayer ce moyen de transport à Bangkok. Même si j’ai sporadiquement fait appel à leurs services lors de mon précédent voyage en Thaïlande, notamment à Phuket, je déconseille fortement les motos-taxis prisés par les locaux pour leur prix attractif. On reconnait ces motards kamikazes de par leur veste orange fluo et ces derniers attendent généralement à la sortie des bouches de métro, du skytrain, etc. Ils conduisent des 50cc, des 125cc et plus rarement de plus grosses cylindrées.

moto-taxi 


Tuk-tuk (rickshaw ou trishaw) : le rickshaw est un tricycle motorisé servant généralement de taxi. Il est constitué d'un avant de scooter prolongé d'une carriole reposant sur deux roues et recouverte d'une capote. Côté habitacle, il y a, en général, de la place pour trois adultes. Bien que l'on en trouve un certain nombre à Bangkok, sa présence dans la capitale passe relativement inaperçue. Pour être franc, nous vous déconseillons même de l'utiliser à Bangkok sachant que vous aurez maintes occasions de le faire ailleurs, dans des villes à taille humaine où la circulation est bien plus adaptée à ce moyen de transport fort sympathique. Inconvénients : le peu de confort et de sécurité qu'il confère aux passagers ne lui permettent pas de concurrence les taxis, qui sont omniprésents à Bangkok. De plus le fait qu'il n'utilise pas de compteur (contrairement au taxi) incite les chauffeurs à vous demander le prix fort.

DSC00500


Taxi-boat : Sans aucun doute le moyen de transport le plus approprié à la visite des principaux monuments de la ville : Wat Pho, Wat Arun, Wat Phra Kheo, mais aussi Chinatown. Pour peu que vous limitiez vos déplacements aux quartiers bordant le fleuve Chao Phraya, le taxi-boat présente le meilleur rapport qualité-prix. Pas d'embouteillages, voyage agréable, prix risible (13 Baht p.p) peu importe le nombre d'arrêts effectués. Inconvénients : ne permet pas d'accéder à la majeure partie de la ville (à l'Est du fleuve).  

DSC00080