01/09/2011

Palawan

palawan,sabang,philipppines,asie,plage

Ces dernières années, j'ai eu la chance de visiter un certain nombre d'îles paradisiaques toutes plus belles les unes que les autres. Néanmoins, je dois admettre, qu'à ce jour, Palawan remporte de loin ma préférence.

L'archipel se compose d'une île principale longue et étroite, bordée d'une multitude de petites îles et d'îlots souvent inhabités. Loin du tourisme de masse, Palawan cultive une beauté secrète.La nature y est généreuse et très sauvage. Assurément, Palawan plaira à ceux qui rêvent d'aventure et de dépaysement.

Cependant, rien n'est vraiment facile aux Philippines et c'est d'autant plus vrai sur l'île de Palawan. Attendez-vous à endurer d'interminables trajets en jeepney sur des routes poussièreuses, vous ne pourrez pas non plus éviter les nausées lorsque vous naviguerez en mer sur de frêles esquifs. N'oublions pas les inombrables piqures de moustiques et les serpents qui, parfois, s'introduisent par erreur dans votre bungalow de bambou (ceci n'est pas une fiction).

Voyager sur l'île n'est donc pas de tout repos. Cependant, tout effort est récompensé au quintuple. L'éblouissement est assuré, l'exotisme toujours au rendez-vous.

Tout voyage sur l'île débute par un passage obligé par sa très modeste capitale Puerto Princesa. Comme toutes les villes du pays, Puerto Princesa ne brille pas par sa beauté. En fait, il ne s'agit là que de la première étape d'un beau et long voyage à travers l'archipel. Inutile de s'y attarder surtout que trois heures de route seront nécessaires pour rejoindre Sabang, qui se trouve à 50kms au nord de la capitale.

Sabang beach et le St. Paul Subterranean River National Park

asie,palawan,philippines,bacuit,archipel

Comme souvent, tout commence par une longue et belle plage de sable fin. Bien que l'île soit prisée par les touristes depuis de nombreuses années déjà, on ne peut pas vraiment parler de ruées vers Sabang. Quelques guesthouses très basiques composées de bungalows en bambou et un resort de bon standing. C'est à peu près tout (du moins c'était le cas en janvier 2008). La nuit, rien d'autre à faire que d'aller dormir après l'extinction des feux.

En réalité, on ne se rend pas à Sabang pour profiter de la plage, mais pour y découvrir le parc national St Paul, classé au patrimoine mondial par l'UNESCO depuis le 4 décembre 1999. Le parc naturel abrite notamment 252 espèces d'oiseaux, une trentaine de mammifères dont les célèbres macaques, mais aussi des reptiles comme les pythons et les varans.

Plusieurs sentiers balisés permettent de rejoindre le parc St-Paul à partir de la plage. Différents niveaux de difficulté sont proposés. A vous de choisir. Certains préfèrent directement prendre le bateau pour rejoindre directement la rivière sous-terraine et ses roches de calcaire qui se trouve au milieu du parc. Grave erreur, car la traversée de la jungle est un must.

asie,palawan,philippines,bacuit,archipel,sabang,st paul,subterranean,river,national,park

St. Paul Subterranean River National Park : "la rivière souterraine"

Sans aucun doute le clou de la visite. Longue de 8.2 kms, la St Paul Subterranean River fut longtemps considérée comme la plus longue rivière souterraine au monde. Ce n'est qu'en 2007 qu'elle fut détrônée lors de la découverte d'une plus vaste rivère dans la province du Yucatan au Mexique.

asie,palawan,philippines,bacuit,archipel,sabang,st paul,subterranean,river,national,park

La grotte est composée de milliers de stalacmites et stalactites de calcaire. Elle abrite également quantité de chauve-souris. 

asie,palawan,philippines,bacuit,archipel,sabang,st paul,subterranean,river,national,park

30/08/2011

une trop longue interruption

Bonjour à tous,

Après près de deux ans d'interruption, je suis heureux de vous annoncer que ce bon vieux blog est dorénavant réactivé.

Depuis le dernier article posté en date du 21 novembre 2009, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Sachez simplement que ces deux dernières années furent remplies de bonheur et de surprises. J'espère qu'il en fut de même pour vous.

Comme vous le savez déjà, je ne vis plus en Belgique, mais à Singapour. Un peu d'audace et pas mal de chance m'ont permis de réaliser un rêve de longue date, à savoir m'installer pour de bon en Asie du Sud-est. En plus de vivre et travailler à Singapour, j'ai dorénavant l'opportunité de découvrir de nouvelles destinations en Asie, mais aussi dans le Pacifique.

De nouveaux pays seront donc prochainement abordés sur ce blog; Hong-Kong, l'Indonésie, l'Inde du Sud, Malacca, Sydney, la Nouvelle Calédonie, Vanuatu etc.

Cependant, le prochain article sera dédié à Palawan aux Philippines, île paradisiaque qui clôturera, près de deux ans après, la page qui était dédiée aux Philippines.

 

A très bientôt.

Benoît Strappazon

 

 

21/11/2009

Mindoro

 

Big Laguna (8)

Sabang Beach (1)

White Beach_ (14)

Small Laguna_Club Mabuhay_ (2)_julien

Puerto Galera_(7)

Puerto Galera

20:46 Écrit par Beno dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : mindoro, philippines, puerto galera |  Facebook |

La Cordillère

Baguio

Bâtie en altitude au tout début du XXème siècle par les troupes américaines, Baguio doit son succès à la fraicheur de son climat, qui attire chaque année bon nombre de philippins durant les périodes de canicule. Dans la Cordillère, Baguio est sans conteste le centre névralgique et le point de départ incontournable pour partir à la découverte des célébrissimes rizières en terrasses dispersées tout autour des petites villes de Bontoc et Banaue.  

La ville accueille également plus de 250,000 étudiants, doublant ainsi, chaque année, le nombre total de ses habitants. Ancien quartier général de l’armée japonaise durant la seconde guerre mondiale, elle subit de lourds bombardements de la part des alliés et fut plus tardivement, en 1990, ravagée par un terrible tremblement de terre.

BaguioBaguio, gare d'autobus

Baguio (4)tuning

Baguio (11)

Aucune raison pour nous de nous éterniser à Baguio, mais nous n’avions pas trouvé de bus partant de Manille et se rendant directement à Banaue. Baguio n’est donc qu’une étape obligatoire avant d’arriver à notre destination finale. Mes impressions de la ville sont très contrastées. Il n’y a strictement rien à voir, rien à faire. La circulation est tellement chaotique que l’air est tout à fait irrespirable. La pollution en altitude se fait fortement ressentir, bonjour les maux de tête. Baguio est aussi très sale, très pauvre et totalement dénuée de charme.

Paradoxalement, je garderai longtemps en mémoire cette ville, qui a réussi à me surprendre. En effet, j’avais comme l’impression de ne plus savoir où je me trouvais. Etais-je toujours bien en Asie ou avais-je subitement changé de continent ? A Baguio, la population locale est très typée, de petite taille et porte des bonnets multicolores similaires à ceux des habitants de la Cordillère des Andes. Bien que je ne me sois jamais rendu en Amérique latine, ce que je découvrais autour de moi me faisait particulièrement penser au Pérou. Les bidonvilles situés en banlieue de Baguio que nous avons traversé le lendemain en bus n’ont fait que renforcer cette impression. Agréable sensation d’être au bout du monde et de découvrir une population tout aussi atypique que familière. C’est sans doute ça aussi le charme des Philippines.

Baguio (13)boucherie

Baguio (16)

Comme nous n’avions pas trouvé de bus direct reliant Baguio à Banaue, nous avons décidé de nous en rapprocher en nous rendant à Bontoc. Vers 06h30 du matin, nous avons pris un bus local (voir photo) et avons enduré un calvaire de presque huit heures en pleine montagne. Le bus s’arrêtait pratiquement tous les 300 mètres afin d’embarquer ou de laisser descendre des passagers. C’est fou comme les Philippins arrivent à caser autant d’objets insolites dans un bus. Ce genre d’expérience restera gravée dans ma mémoire, mais j’avoue aussi avoir été plus que soulagé lorsque cette dernière s'est terminée.

Nous arrivons finalement à Bontoc vers 16h00 et recherchons tout de suite une jeepney pour nous rendre à Banaue. Sur place, on nous explique qu’il est trop tard pour s’y rendre et que nous devrons passer la nuit sur place. Aïe, pas envie de rester bloqué dans ce bled à plus de deux heures de route de Banaue (bien qu’à vol d’oiseau la distance qui sépare Bontoc de Banaue soit assez limitée). Coup de chance, nous tombons sur un groupe de 5 Allemands qui négocient avec un chauffeur de jeepney pour se rendre à Banaue. Les pesos que nous lui présentons arrivent à le convaincre et nous embarquons tous à bord de la jeepney après avoir fait le plein de bières que nous siroterons durant le long et inconfortable voyage. Comme le temps est assez pluvieux, les routes sont boueuses et la voiture patine souvent. Au bout de deux heures, nous arrivons enfin à Banaue où nous passerons la nuit.        

Banaue (2)jeepney


Banaue - Batad

Banaue

Banaue (9)_julien

Batad arrivée

Batad arrivée (2)

Batad terraces (1)_julien

Batad Terraces (5)

Batad Village (11)_julien

Batad_rizières (1)

Batad_rizières

Batad_rizières (9)

Batad_Waterfalls (1)

Batad Village (17)

Manille

Lungsod ng Maynila

Manilles (1)

Un peu d'histoire

La capitale et la porte d’entrée des Philippines. Située sur l’île de Luzon, Manille est également la plus grande ville du pays ainsi que son poumon économique. Selon Wikipedia, La population totale de Manille dépasserait les 10 millions d’habitants et nombre d’entre eux vivent dans des bidonvilles en grande banlieue appelée Metro Manila.  

Fondée en 1571 par les espagnols, elle fut à sa création divisée en deux parties distinctes à savoir Intramuros, ville fortifiée et peuplée de colons européens et l’autre Binondo, peuplée d’indigènes.

En 1898 les Espagnols abandonnèrent le pays au profit des Américains, qui colonisèrent à leur tour les Philippines jusqu’à l’indépendance du pays le 04 juillet 1946. Durant la seconde guerre mondiale, La ville fut ravagée par les combats. Près de 100,000 habitants auraient été massacrés lorsque les alliés affrontèrent les troupes japonaises, qui refusaient d’évacuer le périmètre.

Mes impressions

Contrairement au pays, Manille n’a absolument rien de transcendant. Mon voyage aux Philippines a naturellement débuté par la capitale et mon expérience fut loin d’être exceptionnelle. Selon moi, Manille n’a pas grand-chose à offrir hormis le quartier espagnol d’Intramuros, le joli coucher de soleil que l’on peut apercevoir le long de la baie et une vie nocturne assez trépidante.

Manilles_Marina (7)sunset

La ville manque cruellement de charme, le béton est omniprésent et les buildings, centre commerciaux, hôtels bien que modernes sont assez ‘cheap’, bref du bling bling pas cher et de mauvais goût. En plus de cela, je ne trouve pas que la ville soit particulièrement clean et bonjour le bordel par endroit (au sens propre comme au figuré). Si comme moi vous avez eu l’occasion de vous rendre à Bangkok  avant de découvrir Manille, je ne doute pas un seul instant de la déception que vous pourrez ressentir en visitant Manille. Je ne peux pas dire que je déteste cette ville, mais je n’ai trouvé, à ce jour, aucune raison valable d’y retourner un jour.   

Intramuros

Intramuros (4)

Intramuros (2)

Intramuros_St AugustinSan Augustin

Intramuros (26)fresques

Intramuros (25a)timidité légendaire des philippins


Manille moderne

Manilles_MakatiMakati, le quartier d'affaires

Manilles (4)

Manilles_Marina (5)

Manilles_sculptures (2)

IX.Les Philippines

Repúbliká ng̃ Pilipinas

Intramuros

Expatrié depuis peu à Singapour, il est évident qu’il ne m’est plus possible de voyager comme j’ai pu le faire les mois qui ont précédés août 2009. Après une longue interruption de plus de six mois, la vie professionnelle a repris son cours et ce n’est pas pour me déplaire. D’autres voyages suivront, mais ils seront de plus courtes durées et plus espacés dans le temps. Franchement, je ne me plains, car il m’est dorénavant possible de passer mes week-ends à Bali, Penang, Phuket, Bangkok, Jakarta etc. Franchement, cela me change des week-ends à Bredene ou à Han-sur-Lesse ;) 

Plus sérieusement, j’avais surtout très envie de vous présenter un pays asiatique qui m’a particulièrement touché par le passé. Une contrée lointaine qui ne vous évoque sans doute pas grand-chose, mais qui est à mes yeux, la véritable révélation de mes nombreux voyages  en Asie du Sud-est. Ce pays se nomme les Philippines, vaste archipel de plus de 7000 îles lové aux confins de l’Asie. Je m’y suis rendu en janvier 2008 et bien que je ne respecte aucunement l’ordre chronologique de mes voyages, je suis heureux de vous présenter sur mon blog ce pays si singulier.    

PHILIPPINES

http://www.easyvoyage.com/base/imgs/cartes/fr/PHILIPPINES.gif

Découvert par Magellan au XVIème siècle, ce territoire du bout du monde fut nommé Philippines en l’honneur de l’infant d’Espagne, le futur Philippe II d’Espagne. Hormis le Timor Oriental, c’est le seul pays d’Asie à large dominance catholique. Influencées par l’Espagne et les Etats-Unis, les Philippines offrent un savant mélange latino-asiatique de langue anglaise. C’est un peu le pays du paradoxe, de l’aventure et de la beauté à l’état brut. Plus accessible culturellement parlant que la Thaïlande ou le Vietnam, les Philippines vous surprendront à coup sûr de par son métissage unique et flamboyant.

Intramuros (11)Intramuros, Manille

Les atouts du pays sont légions, mais si je dois en retenir quelques uns, je dirais premièrement que les Philippines (du moins la partie que j’ai eu l’occasion de visiter) est de toute beauté et encore largement intacte, bien loin du tourisme de masse. Vous trouverez toujours une île, une crique, une plage pour vous seul. Secundo la population est extrêmement chaleureuse et déborde de joie de vivre. A tel point que je dis souvent que de tous les peuples d’Asie, ce sont les Philippins les plus accueillants. De plus, il est très facile de se faire comprendre, car les habitants métrisent parfaitement la langue anglaise. Leur accent américain très prononcé ne vous échappera pas non plus et vous amusera j’en suis certain.  

El Nido_Beach (23)El Nido, Palawan

Pourquoi les Philippines ne connaissent-elles pas le même succès touristique que la Thaïlande ?

Les Philippines sont parfois difficiles à apprivoiser et sa topographie extrêmement capricieuse en est sans doute la raison principale. Pour voyager aux Philippines, il faut avoir du temps, car les moyens de transport sont souvent très improvisés et peu fiables. Parcourir un pays très montagneux et réparti sur plus de 7000 îles n’est pas de tout repos. Secundo, son histoire mouvementée et son ex dictateur Ferdinand Marcos n’ont aidé à rendre cette destination très populaire, tertio des groupuscules islamistes au sud du pays, dont notamment le malheureusement célèbre Abu Sayyaf, terrorisent la région et les pays limitrophes. Dommage. Pour terminer, l’éloignement géographique du pays par rapport à l’Europe ne joue pas non plus en sa faveur.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ferdinand_Marcos

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abu_Sayyaf

Il ne tient qu’à vous d’inverser la tendance et recommande cette destination aux plus aventureux d’entre-vous. Si vous aimez les randonnées en jungle, les treks en montagne, les baignades dans de sublimes lagons ainsi que la plongée sous-marine, alors les Philippines sont faites pour vous.