25/03/2009

Hanoi

Hanoi : Day 40

20/03/2009:

Il est 04h30 du matin et nous sommes épuisés, puants (nous ne nous sommes plus lavés depuis la veille au matin) et complètement dégoûtés à l'idée de revenir à Hanoi. Je quitte Flo & Fred sur le quai de la gare, car ces derniers décident de ne pas loger à Hanoi et veulent reprendre le matin même un bus en direction de Ninh Binh, la baie d'Along terrestre au sud de la capitale (à +/- 150km). Les masochistes ! Moins courageux qu'eux, je choisis de prendre un taxi jusqu'à l'hôtel où j'avais logé avant de me rendre à Sapa. Comme toujours, je n'ai rien réservé et constate bien vite que pratiquement toutes les guesthouses du quartier sont fermées, notamment la mienne. Je reste planté devant l'entrée pendant une bonne heure, mais le grillage reste désespérement clos. Je trouve finalement un hôtel (Phoenix Hotel, 20$ la nuit) où je serai chaleureusement accueilli par Thaï, le jeune réceptionniste et ce malgré l'heure très matinale. Malheureusement pour moi aucune chambre de libre avant 08h30, je pars donc me ballader dans le vieux centre-ville et stagnerai une éternité dans un café Segafredo, où je discuterai longuement avec un couple d'Allemands. Nous échangeons nos expériences respectives en Asie du Sud-Est et obtiens surtout quelques infos utiles pour la visite de la Baie d'Along. Peu après je pars petit-déjeuner et me rends ensuite à Ocean's tour, l'agence de voyages conseillées par les Allemands. On me présente avec beaucoup de professionnalisme un circuit très intéressant : 3 jours Baie d'Along et séjour deux nuits sur une île privée au large de Cat Ba. Programme alléchant, prix 105$. Couteux, mais je suis confiant du bon rapport qualité/prix. Seule ombre au tableau, le temps ! Depuis mon arrivée en Asie, c'est-à-dire le 09/02, c'est le premier jour de pluie (mes compatriotes doivent sans doute nous jalouser). La Baie d'Along n'est pas très éloignée d'Hanoi et il est un fait que le brouillard, la pluie et la grisaille sont fréquents dans la Baie. Bref, payer 105$ pour ne rien voir ne m'enchante pas vraiment. En plus, je suis crevé et n'attends qu'une seule chose : un lit douillet. Je me laisse un peu de temps pour me décider et retournonerai à l'hôtel vers 09h00 pour prendre possession de la clef. Je ferai une sieste jusque 14h00. Quelle honte. Au réveil, le temps ne s'est malheureusement pas amélioré, bien au contraire. Je prends alors la décision de ne pas visiter la Baie d'Along et opte pour descendre vers Hué, la capitale culturelle du Vietnam, ville qui se trouve au centre du pays (+/- 690 km séparent la capitale et Hué). 

Comme je ne compte pas faire de visite aujourd'hui, je consacre la journée à la préparation de la suite de notre voyage. Je sors enfin de l'hôtel vers 15h00, marche longuement dans la ville pour me rendre finalement à la gare 'centrale' pour réserver mes billets pour le lendemain. Arrivé sur place, toujours aussi laborieux pour obtenir un simple billet d'autant plus que les trains que je souhaite prendre sont déjà complets. Il ne me reste plus que le SE3 de 23h00. Que vais-je bien faire entre le check-out de l'hôtel à 12h00 et le départ du train ? J'improviserai bien. Prix du billet : 525000 Dong p. ce qui est très couteux. Le guide du Routard mentionne cependant que le SE3 est le plus confortable de tous, petite consolation, surtout quand on doit se taper 12h de voyage pour rejoindre Hué ! 

Il est déjà 17h30 et je n'ai que petit-déjeuné. Je change donc mes habitudes et irai manger très tôt au resto Quan Ngon à deux pas de la gare. Le guide conseille vivement l'endroit pour sa cuisine, son cadre et son concept. J'en décide d'en juger par moi même et suis surpris de constater que le resto est d'avantage fréquenté par les Vietnamiens aisés que par les touristes, ce qui est très bon signe. La carte est vaste, les prix sont doux, mais je ne sais que choisir. Une famille de Vietnamiens assis à côté de moi m'aidera volontiers à me décider. Je commande une salade de mangue verte garnies de fruits de mer (sans doute le plat le plus surprenant de tous, un vrai régal), du calamar grillé, du boeuf façon Ngon (tendre et savoureux), des huitres fraiches accompagnées d'une sauce au soja et au wasabi, du riz cuit à la vapeur et du riz gluant aromatisé au lait de coco et au sésame, du thé glacé au parfum de Lotus. Excellent! Je décide d'un commun accord d'y revenir le lendemain avant de prendre le train.

Vers 20h00, je retourne à pied jusqu'à l'hôtel. Du point de vue 'vie nocturne' Hanoi a sans doute autant à offrir que Kaboul ou Lourdes. Sortir est donc exclu. Je passerai un peu de temps sur Internet. Ne sachant pas dormir, je passerai une partie de la nuit à regarder 'les granges brûlées" sur TV5 Asie, film intéressant sorti en 1973 avec Alain Delon et Simone Signoret.  


 

Hanoi : Day 41

21/03/2009:

Journée insipide, pas grand chose à vous raconter. Je quitte l'hôtel à la dernière minute, c'est-à-dire à 11h59. 
Je laisse mes bagages sur place et irai grignotter un bout pour prendre des forces. Je passerai toute l'après-midi sur Internet à peaufiner le blog. Je n'arêterai que vers 18h30 pour aller chercher mes sacs à l'hôtel.

Sur place, Thaï, le sympathique réceptionniste me proposera de boire un verre au bar de l'hôtel et de profiter gratuitement d'Internet. REBELOTE ! Je passerai mon temps à mettre en ligne les photos de Luang Prabang, de Pak Ou et certaines de Vientiane. Vers 20h00, je prends un taxi en direction de la gare centrale, prix de la course : 40000Dong, c'est de moins en moins cher ou plutôt je suis de moins en moins le dindon de la farce. Le taximan qui ne sait pas lire un plan et comprend à peine l'anglais me dépose devant la gare, il ne me restera plus qu'à parcourir 300 mètres pour rejoindre le resto Quan Ngon (voir Day 40). J'arrive sur place chargé comme un mulet avec mes gros sacs à dos de routard, la honte. Je mangerai aussi bien que la veille, inutile de vous donner à nouveau tout le détail du menu, car ce dernier diffère peu du Day 40.

Vers 22h00, je retourne à la gare et m'installe très rapidement dans la train, bien avant son départ. Effectivement, le confort est de mieux en mieux, je prends quelques photos de l'intérrieur pour vous permettre de vous faire une idée, rien à voir cependant avec le luxe d'un Thalys ou d'un Eurostar. 23h00 précise, le train démarre. Leur ponctualité m'étonne à chaque fois. Dans la cabine, à nouveau 6 couchettes, mais seulement une seule d'entre-elle est occupée. Lair-co est très efficace, les draps sont propres, les couchettes relativement confortables et on a droit aux toilettes occidentales dans notre wagon, le luxe. Par contre, le train est plus rapide que les autres et les wagons peu adaptés à sa vitesse. Difficile de fermer l'oeil tellement je suis secoué dans tous les sens. Motilium à la rescousse.

DSC01951

DSC01956

DSC01957